Que se passe t-il si l’on change la vitesse de l’obturateur ?

Publié le : 15 octobre 20214 mins de lecture

L’exposition représente l’action de la lumière sur le capteur d’un appareil photo, et plus son action est proéminente, plus l’exposition sera importante. A l’instar de la sensibilité ISO et l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation figure parmi les 3 paramètres contrôlant directement l’exposition. L’obturateur étant fermé jusqu’au moment de la prise de vue, la vitesse d’obturation définit notamment l’exposition du capteur à la lumière, et une bonne maîtrise de ce réglage est indispensable pour obtenir des images correctement exposées.

La vitesse de l’obturateur et la lumière

La vitesse d’obturation ne correspond pas littéralement à la mesure de la vitesse, mais il s’agit en revanche d’une durée appliquée sur le capteur. En effet, cette notion représente simplement le temps durant laquelle l’obturateur est ouvert afin de faire entrer le rayonnement lumineux. Cette vitesse se mesure généralement en secondes ou en fractions de secondes, et le gradient disponible double ou divise de moitié la durée de réception de lumière entre chaque vitesse. Par exemple, pour une valeur de la vitesse égale à 1 s, la vitesse précédente est ½ s et la vitesse suivante est de 2 s.

Par ailleurs, la vitesse des rideaux n’est pas influencée par ce paramètre, mais le temps de pose du capteur dose la quantité de la lumière entrante. De ce fait, avec une vitesse relativement lente, l’obturateur restera ouvert plus longtemps afin de laisser passer plus de photon vers le capteur. A l’inverse, une vitesse rapide causera l’obturateur à rester ouvert sur une courte période, et celui-ci recevra donc moins de lumière.

Évoluez l’exposition d’une photo en variant la vitesse de l’obturateur

Les appareils photo modernes permettent de choisir des vitesses intermédiaires concernant l’obturation et l’ouverture du diaphragme. En modifiant uniquement les réglages de l’obturateur, des vitesses d’obturation rapides (1/X s) réduisent la durée d’ouverture de ce dernier, et causeront logiquement la production d’une image assombrie. En pratique, une vitesse rapide est recommandée si la lumière est abondante, et une obturation lente est un choix optimal si la lumière est insuffisante, ce qui aboutira généralement sur une image plus claire.

L’obturation et le motion blur

Le changement de la vitesse de l’obturateur impacte également la perception et capture du mouvement. Le choix de la rapidité de l’obturation approprié est donc essentiel si le photographe désire immortaliser un sujet en plein déplacement. Pour tenter de retranscrire un mouvement, une vitesse d’obturation lente doit être utilisée, et résultera sur un effet de filé ou de flou sur les poses longues. Une vitesse de l’obturateur rapide tendra alors à figer l’image en éliminant les impressions de mouvement.

Plan du site